vendredi 24 mai 2019

Reprise de la grimpe à Udapet, pas tout à fait en douceur...

Il fallait bien se remettre à grimper, alors plutôt que de passer trop de temps à faire des séances de reprise, autant aller se mettre un petit combat d'entrée de jeu, comme ça c'est fait!
Et pour ça, Udapet c'est pas mal, des grandes voies longues et techniques, si on ne se souvient plus comment faut poser les pieds, c'est le meilleur des remèdes! Et si on a des doutes sur notre capacité à passer, l'équipement fait que toute façon, faudra bien réussir à trouver une solution ou alors se souvenir comment on déploie les ailes pour voler...Bref, tous les ingrédients sont là pour rentrer fatigués mais contents.
Nous avons fait "le maître des lieux", très belle, la plus sympa que j'ai grimpé jusqu'à maintenant à Udapet, mais attention, les cotations sont sévères, les points parfois à Beyrouth et ça grimpe l'histoire!
Coinceurs pas vraiment utiles, car souvent, là ou tu voudrais en mettre, ben, tu peux pas...

Udapet - le maître des lieux (7a (6b obl) - 300m) le 23/05/19 avec Auré.


dimanche 19 mai 2019

Retour d'expé, transition toujours particulière après un trip génial!

Après ces trois semaines, que dire à part génial, superbe, grandiose...Bref pas trop le goût de tout détailler tellement c'était riche, bien sûr d'un point de vue purement alpinistique, mais aussi et surtout humainement parlant!
En effet, partir en expé au Népal impose un minimum de logistique, et donc une petite équipe de porteurs et un chef des porteurs, souvent avec le statut de guide au Népal.
Nous avons opté pour une logistique minimale (3 porteurs + Yan, notre guide), étant donné que nous voulions bien sûr grimper en style alpin, fast and light!
Le plan initial était de passer 5/6 jours en trek pour s'acclimater, 4/5 jours dédiés au sommet. Nous avions prévu de grimper seuls Fab et moi et, Yan, notre guide, devait nous attendre au camp de base.
Au début du trek, ça fait bizarre, étant guides nous même de nous faire "emmener", mais nous avons très vite sympathisé avec Yan, qui a le même âge que nous et qui nous a expliqué ses projets de vie et professionnels: en gros, il est actuellement l'équivalent d'un AMM chez nous mais il est sur-motivé pour devenir guide de haute montagne, aussi qualifié que nous et était très intéressé pour venir grimper avec nous au Kyazo Ri pour voir comment nous allions nous y prendre, car pour les Népalais, c'est un sommet très technique, même par la voie normale, et lorsqu'ils y vont, c'est à grand renfort de cordes fixes (environ 600m !!!). En gros, le style alpin, connait pas!
Et pour nous, nous ne nous faisions pas trop de souci techniquement parlant pour le sommet par la voie normale, disons que pour comparer, c'est une course mixte d'un niveau AD+/D, 500m pour les difficultés. Il y a un socle rocheux de 5650 à 5850m en M2/M3 puis des pentes neige/glace entre 50/60° jusqu'au sommet à 6186m.
Par contre c'est très exposé à un sérac sommital (les derniers 100m particulièrement) qu'on ne devine pas du bas et qu'on découvre 100m sous le sommet...surprise moyenne faut avouer car si ça part, on se fait balayer. Heureusement, il n'est pas encore extrêmement menaçant, mais ça risque de ne pas évoluer favorablement les prochaines années...
Donc tout ça pour dire que ça ne nous gênait pas d'assumer d'emmener Yan avec nous, nous nous sentions en mesure de gérer un mec plus faible techniquement car il avait néanmoins quelques bases techniques en glace (il nous a montré des photos de ces stages de formation où ils font des écoles de glace), il a bien sûr l’expérience de la haute altitude et surtout il a envie de progresser et d'apprendre...Et c'est là que l'aventure humaine a pris tout son sens dans notre voyage car juste génial de partager une ascension avec un autre professionnel d'un autre pays, très heureux de faire ça avec nous!
Et par contre, nous lui devons une fière chandelle pour "l'intendance " au camp de base, il a sur-géré, et heureusement avait un peu mieux anticipé que nous la bouffe, même si on s'est retrouvé un peu limite le dernier jour au camp de base...
Nous avons fait le sommet direct de notre CB à 4900m, stratégie nécessaire pour nous car là haut nous n'avions plus nos trois porteurs pour avancer la tente et le matos au pied du glacier à 5300m et le faire à trois nous aurait coûté trop cher en énergie d'autant que nous ne roulions pas sur l'or en terme de nourriture...
Par contre nous l'avons payé au prix de 17h de course en A/R car il y a quelques km de plat avant de commencer à prendre le déniv et le problème c'est qu'au retour, ça chauffe et donc, que sur ce monstre plat, c'est brassage abo dans la neige pourrie...Quand tu es déjà bien cramé de l'ascension, là tu prends un monstre tarif et franchement nous avons mis plus de 6h pour faire la section glacier et vallée plate pour revenir au CB ( à peine 3h le matin...) Yan était dans le même état que nous, ça nous a rassuré!
On aura appris énormément pour ce premier test et dans l'optique de tenter un plus gros morceau l'année prochaine. Il faut en tout cas au minimum 2 vraies semaines d'acclimatation et une phase de gros repos confort avant d'attaquer l'ascension.
Là nous avons été très (trop?) rapides, au cinquième jour, nous avions déjà gravi le Sunder Peak à 5360m en partant de 3800m, à mach 12, Yan avait jamais vu ça ! ;-) et nous avons fait le sommet le neuvième jour...c'est rapide et du coup tu ne récupères jamais de la fatigue accumulée et au final ton état de forme dégringole malgré ton acclimatation. C'est d'autant plus vrai que tu es en altitude, à plus de 5000m, si tu n'as pas de confort ni assez de nourriture, tu ne récupères pas, c'est net!
Mais point positif, pour Fab et moi, l'altitude a l'air de nous aller bien, nous n'avons pas eu de problème avec ça, c'est sûr qu'on sent bien qu'à 6000m, on ne ferait pas des étincelles au 100m, mais on n'a eu zéro souci niveau MAM, ça c'est top pour envisager d'aller voir plus dur et plus haut!!!
Nous avons ensuite fini notre trip, en passant par le Renjo La à 5360m pour rejoindre le lac Gokyo puis retour sur Lukla.
La météo a été fantastique tout au long du trip, la vue sur tous les géants est juste dingue, l'Everest, le Lhotse, le Makalu, le Cho Oyu, la face S du Nuptse, ...
En résumé, aventure humainement exceptionnelle!

Nous avons décidé de soutenir Yan dans son projet professionnel et il nécessite forcément de l'argent, car passer la formation de guide UIAGM au Népal n'est pas accessible pour eux sans aide.
Personnellement je vais l'aider à financer ses stages mais si jamais vous auriez des contacts pour qu'il puisse faire des saisons à bosser en refuge chez nous ou en resto, ou autre, durant l'été et / ou l'hiver, n'hésitez pas à me contacter pour qu'on en discute.
Par ailleurs, si vous avez un projet de trek ou d'expé, je vous donnerai son contact et celui de l'agence avec laquelle nous avons bossé, ils sont top pour la log!

les grands seigneurs du monde! Everest derrière au fond à gauche et bien sûr face S du Nuptse  devant!

Ama Dablam

Kantega à gauche, Tamserku à droite

Kantega et Tamserku vus en montant au Sunder Peak

en montant au Sunder Peak (pointe au fond à gauche), sommet d'acclimatation bien sympa où on pose un peu les mains, pas fait souvent!

des faces majeures de 1500 /2000m où tout reste à faire... là ça culmine à 6500m environ!


les drus?!

montée au CB, il sera droit devant au dessus du verrou dans les nuages

vue du CB vers le Sud

notre micro CB, seuls au monde pendant 4j

ça y'est, le Kyazo ri se montre, vu du CB, c'est loin!

l'heure du thé!

journée repérage, moraine interminable

le glacier se jette dans un lac, pas si débonnaire que ça!

nouvelle journée prise vers 5500m

les derniers 100m, glace pète mollet pas loin du sérac sommital...

Fab au top!

immensité de l'Himalaya! 

je ne les présente plus!

fin des rappels à la descente, voici le passage de mixte de 5650 à 5850m

une idée future...

Kyazo Ri vu de Lumgden, nous avons grimpé "l'arête" de droite

vers le Tibet, infinité de sommets!

du col renjo la

Gokyo Lake, Everest dans les nuages

Cholatse je crois!


mercredi 17 avril 2019

Nepal J-8, on se prépare tranquillou!

Toujours un peu speed et sur de nombreux fronts: le boulot au PG, l'entraînement, l'organisation de l'expé,...bref, peu de temps pour souffler!
Mais les choses se mettent en place petit à petit, quelques interrogations sur des détails de l'organisation mais ça fait parti du jeu!
Niveau entraînement, c'est pas pire, mais ça sent vraiment la fin du ski, je crois qu'on a fait la dernière descente du couloir NW du Ronglet le 15/04, qui aurait été sans doute exceptionnel 3 jours plus tôt mais là il faisait déjà bien trop chaud...on l'a skié parce qu'on y était! Dommage car c'est vraiment une belle ligne régulière, un peu plus que 40° sur 500m avec un gros 45 ou tout petit 50° (48° surement) en bas.
Bref, on a la forme, on a hâte de partir, petit bémol pour l'acclimatation, on prendra le temps là bas, quitte à speeder pour le retour. En espérant qu'on ait en mémoire interne l'habitude de la haute altitude! ;-) 

mercredi 27 mars 2019

un peu de montagne entre beaucoup de projets !

Peu de temps actuellement avec un emploi du temps bien chargé niveau formations, et c'est pas fini...Mais quelques virées en montagne ont pu être faites, histoire de respirer un peu! En vrac, nous avons pris un but en face N de l'Ossau, un peu de glace à Gavarnie, trip de trois jours du côté de l'Aneto, tip top,  petit séjour sur Cham pour des formations mais avec un col d'Argentière, une traversée du col du belvédère et une belle arête mettrier aux Miage, bien sauvage en cette fin mars! Quelques photos de ce dernier weekend:







Et un gros projet nous occupe ces temps-ci, une expé au Népal avec un départ le 27 avril, direction la région du Khumbu avec comme objectif le Kyazo Ri, magnifique sommet culminant à 6186m, la photo parle d'elle même!
la face W du Kyazo Ri, classe!!!
Beaucoup de possibilité d'ascensions, peut-être des choses à ouvrir sur des "petits" sommets voisins (autour de 5700/5800m quand même!), bref, on décidera sur place mais le Kyazo Ri reste notre objectif principal.

Enfin, une nouvelle tant attendue: le retour dans les Alpes en septembre avec une mutation au PGHM d'Annecy!!! C'est énorme!

jeudi 14 février 2019

Anayet en mode dry +++

L'idée était d'aller voir une ligne ouverte par Remi Thivel en face E d'Anayet, la goulotte "fin de siècle" mais on se doutait que ça ne serait probablement pas bon et heureusement, en farfouillant un peu sur le net, je suis tombé sur un plan b: une ligne plus à droite de "fin de siècle", qui remonte un premier couloir très encaissé (qui finalement sera le crux de l'ensemble, quelques pas bien psychos avec des ancrages plus que précaires et improtégeables bien évidemment, sinon c'est pas drôle...Une fois sortis de ce traquenard, la ligne remonte l’extrémité gauche de la face N (encore plus à gauche que la classique variante de gauche de la face N) et propose de très beaux passages, encore bien délicats par endroits avec ces conditions bien foireuses, bref, il a fallu s'employer! Mais le tout constitue une ligne par endroit bien expo (actuellement) de 500m soutenus, vraiment classe! Actuellement les broches sont inutiles, mais les pitons indispensables (2 lames, 1 cornière et 1 universel) et un jeu de friends du 0,3 au 2 + 2 micros et des câblés.
Voici le tracé récupéré sur le net:
Le dernier tiers est très faiblement enneigé avec de la neige pulvérulente masquant des dalles compactes, bien pénible...

Anayet (face NE et N), le 14/02/2019 avec Vincent et Auré

dimanche 10 février 2019

autour et sur le geougue d'arre

Une virée derrière Gourette pour essayer de viser la moquette des versants sud. Le vent modéré de SW a empêché un petit peu les pentes sud de revenir comme il faut au dessus de 2300m mais ce fut bien sympa quand même avec un petit run dans la face S du Geougue d'Arre, proposant 300m soutenus avec probablement un bon 45° sur le haut. Une jolie ligne pas loin de Gourette!
Puis incursion dans le 65 et retour par le Sanctus, une belle boucle!
Quelques photos...
en remontant la face S du geougue d'arre

la sortie sur l'arête sommitale

l'arête

le haut de la pente, ça rend pas bien mais c'est proche de 45°

derrière le col d'Ausselia


tracé de la ligne skiée sur le geougue (4.3, 300m)

jeudi 7 février 2019

Découverte du pic d'Aspe

Un bien joli coin que ce pic d'Aspe, avec en plus des conditions très particulières qui font penser à des photos de Patagonie...magnifique!
Hier (mercredi 06/02) nous étions en ski et avons fait un tour en passant par le sommet du pic d'Aspe et nous avons eu immédiatement envie d'y retourner avec du matos pour s'amuser sur ces meringues géantes! A la base, nous voulions aussi repérer les voies Edil et Cristal Oscuro mais le bas n'est pas encore bon, à guetter pour la suite...
Aujourd'hui, nous y sommes donc retournés en ayant un espoir d'une bonne météo, malheureusement, nous nous sommes fait prendre dans le mauvais temps et les conditions sont pour le coup devenues plus "sympathiques", ne nous permettant pas de tenter tout ce que nous avions vu la veille. Nous avons quand même grimpé un petit éperon très joli et amusant  sur des énormes pétales de givre. Toutefois, les ancrages sont précaires, les protections relativement illusoires (vive les pitons) et demandent de bonnes sessions btp pour les placer...intéressant!
Et pour les placages, il s'agit souvent d'une croûte de regel assez maigre reposant sur de la neige poudreuse légère sans consistance (certains réta très pénibles, forcément...)
Mais au final deux très belles journées en montagne!
Quelques photos...
du sommet du pic d'aspe (2645m) vers l'ouest

antécime du pic d'aspe (2600m) ou une meringue géante!


face NE du pic d'aspe avec Edil et Cristal Oscuro

derniers rayons de soleil avant l'écosse...

au début de l'éperon, petit interlude de ciel bleu puis après plus rien!

c'est classe quand même!!!


tracé de l'itinéraire, 200m environ, quelques pas mixtes et pentes à 70° sur pétales fragiles par endroits